Journalistes européens et les militants des médias explorent la Cisjordanie occupée

PNN/ Bethléem

Un groupe de journalistes et de militants des médias de la Palestine et de l’Europe a terminé aujourd’hui une visite dix jours pédagogique autour de la Cisjordanie occupée.

Le but de la visite, menée par le Comité de coordination de la lutte populaire dans le cadre du projet Murs-delà, était de développer une façon dont les journalistes et les militants des médias peuvent aider les communautés palestiniennes locales réparties informations sur leurs luttes quotidiennes sous l’occupation israélienne. Histoires, qui ne parviennent généralement à atteindre les médias traditionnels.

Les protestations en Kufr Qaddum

Le groupe a visité les villages de Kufr Qaddum, Nabi Saleh et Bil’in. Dans Kufr Qaddum, le maire a expliqué comment les villageois confrontés à des problèmes quotidiens avec être coupés de leurs terres. Depuis la FOI ont fermé la route principale qui mène au village, les habitants ont eu d’autre choix que de conduire une demi-heure détour lors de l’entrée ou de la sortie du village.

Le groupe marchait le long de la route dans lequel les manifestations contre l’occupation a lieu chaque vendredi dans le village. Il y avait encore une odeur distincte dans l’air de l’eau de skunk chimique, que les forces israéliennes utilisent contre les villageois, et les restes de pneus brûlés. Plus tard dans l’après-midi, le groupe a visité un jeune homme, qui a été guérit lentement après avoir été tiré dans la jambe lors d’une des manifestations.

Forcé de quitter printemps dans Nabi Saleh

Dans Nabi Saleh, le groupe a été invité dans la maison de Bilal Tamimi d’entendre les histoires de la façon dont les villageois sont confrontés à des problèmes avec être coupés de leurs terres et ont violé sur une base régulière par les FOI. Deux hommes de Nabi Saleh ont perdu la vie pendant les batailles, et même les enfants ne sont pas épargnés d’être arrêtés et harcelés par les soldats israéliens.

Le groupe a déjeuné par le ressort al-Qos près de Nabi Saleh jusqu’à un colon armé est arrivé et leur a demandé de quitter les lieux, indiquant qu’il est une zone militaire fermée. Comme le groupe PSCC-conduit a refusé de rentrer dans le rang, le colon appelé l’OIF qui a forcé les journalistes à quitter les ressorts.

A Bil’in, un village qui est devenu célèbre après la sortie de la 5 brisé Appareils photo documentaire, le groupe a parlé au maire et au chef de la Lutte Populaire de Comité de coordination (PSCC) locale unit.Both expliqué comment les colonies avait grandi au fil des ans et annexé les terres de Bil’in.

Le programme de la troisième journée comprenait une visite dans la ville de Hébron et dans le village de Susiya dans les collines au sud d’Hébron. A Hébron, les militants et des journalistes ont visité une maison, qui a été occupé à l’origine par les FOI, mais reconquis par le propriétaire palestinien qui a utilisé au tribunal son acte original de la période ottomane qu’il avait réussi à garder. Un cas rare, comme la plupart des maisons ont jamais été restitués à leurs propriétaires appropriés.

Dans l’après-midi, les journalistes et les militants des médias ont visité le village de Susiya pour discuter avec les habitants comment faire la lumière sur la lutte contre le déplacement forcé, qui a été décidé dans un jugement rendu par la Haute Cour israélienne.

Le dernier jour de la tournée a été plus en Bethléem. Le groupe observé à partir de différents points de vue dans la périphérie de la ville comment le paysage et les infrastructures rendent la vie quotidienne difficile pour les Palestiniens.

Munther Amira de PSCC expliqué comment l’infrastructure fait partie du plan israélien d’accaparer lentement les Palestiniens de sorte qu’à la fin, ils vont quitter leurs maisons eux-mêmes par la nécessité.

Atelier et solutions

Sur la base de la tournée, les journalistes et les militants des médias ont passé les quatre derniers jours à discuter des idées sur la façon de faire passer les messages les plus importants des communautés locales aux médias.

Les journalistes palestiniens et internationaux ont été mélangés à des groupes de tables rondes qui sont venus avec des idées différentes sur la façon de partager et de diffuser des informations à l’intérieur et ce en dehors de la Palestine.