Dirigeant salafiste à Gaza: Nous allons poursuivre frappes sur Israël si le Hamas ne sont pas interrompues répression sur nous

PNN/ Bethléem

Walla ! Site israélienne, suite à la dernière fusée sur Israël hier, a dit que le chef du groupe salafiste à Gaza a annoncé le groupe poursuivra ses grèves si le Hamas ne sont pas interrompues sa répression sur eux, retourner leurs armes et libérer leurs détenus dont il arrêté.

Sirènes ont éclaté en Israël hier vers 21h45 dans Askalan (Ashkelon) et les zones environnantes après une roquette a été tirée depuis Gaza par les groupes salafistes.

Moshe Ya’alon, ministre de Tsahal a déclaré dimanche que la réponse d’Israël sera «dur».
Après la fusée, il a ordonné la suppression de deux sites dans la bande de Gaza, en plus de la fermeture de Erez et Karm Abu Salem passages.

Les sites visés étaient les brigades Izz-Eddin Al-Qassam (Hamas) aile. Aucun blessé n’a été signalé.

Ya’alon a déclaré que l’ouverture de la traversée va prendre du temps de l’évaluation, de blâmer le Hamas mouvement de résistance islamique pour les événements dans la bande de Gaza.

Le groupe continue à utiliser la population de Gaza en otage pour faire le Hamas se lient à leurs demandes.

Le jeudi, le groupe -qui est un partisan état islamique – adopté deux frappes sur Israël, appelant une réponse à la répression du Hamas sur eux dans la bande de Gaza.

Après les tirs de roquettes, Israël a attaqué Gaza avec des explosions massives utilisant des jets F16 militaires.

Les salafistes à Gaza mardi dernier émis Hamas un délai de 48 heures pour arrêter la répression contre eux, a rapporté Associated Press. Le même jour, les forces de sécurité du Hamas ont tué un militant d’un groupe militant rival dans une fusillade à son domicile de Gaza, selon des témoins.

Le Hamas, qui a régné sur la bande de Gaza depuis 2007, a réprimé les islamistes radicaux, après une série d’attentats non réclamés, des militants d’arrêt et les bras saisissant. Il a également monté répression occasionnels sur les groupes salafistes rivales et plus radicales qui soutiennent la guerre sainte mondiale approuvée par l’État islamique et Al-Qaida.

Les tensions actuelles entre les deux groupes ont commencé le 3 mai, lorsque le Hamas a détruit une mosquée appartenant à un groupe connu comme les “partisans de l’Etat islamique de Jérusalem.”