Chine refuse l’envoi de travailleurs à des colonies de Cisjordanie

PNN/ Jérusalem

La Chine a dit Israël, il ne sera pas permettre aux constructeurs migrants à travailler de la colonisation en Cisjordanie occupée, un haut fonctionnaire du gouvernement israélien a déclaré lundi.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis lors de sa campagne de réélection d’accélérer la construction de colonies, et les ministres de son nouveau gouvernement ont appelé à plus de la construction dans les territoires palestiniens occupés. En outre, Israël est prêt à apporter des milliers de travailleurs étrangers pour accélérer le rythme de la construction à travers le pays et en Cisjordanie, The Economic Times.

L’année dernière, le gouvernement israélien a décidé d’augmenter le nombre de constructeurs étrangers à 8000 et plus tard à 15.000 à stimuler la construction et réduire les prix de l’immobilier qui ont grimpé en flèche au cours des dernières années, a dit Haaretz.

«Nous sommes en négociation avec la Chine un accord sur l’arrivée de milliers de travailleurs supplémentaires,” le fonctionnaire dit à l’AFP, sous couvert d’anonymat.

“Pékin exige que nous nous assurons qu’il n’y a pas de travailleurs dans cette région”, at-il ajouté, sans plus de précisions.

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de Pékin, mais la position de la Chine pourrait saper de longues négociations entre les deux pays visant à trouver un accord sur le travail.

Selon l’accord, le gouvernement israélien serait responsable d’apporter des étrangers dans le pays pour travailler dans le secteur de la construction, le journal Haaretz a rapporté dimanche.

“L’accord remplacerait le système actuel, dans lequel contrat de sociétés privées directement avec les entreprises chinoises qui fournissent la main-d’œuvre, un arrangement qui a donné lieu à des allégations de violations graves de la législation du travail”, a dit le papier.

Le responsable israélien a nié que la décision de la Chine avait quelque chose à voir avec appels croissants en faveur d’un boycott économique et culturel de l’Etat juif.

La communauté internationale considère toutes les constructions israéliennes sur les terres palestiniennes saisies pendant la guerre de Six Jours de 1967 comme illégale.

Israël a conclu des accords bilatéraux avec la Bulgarie, la Moldavie et la Roumanie pour l’emploi des constructeurs, et avec la Thaïlande et le Sri Lanka pour les ouvriers agricoles migrants.