la maison Blanche soutient les frappes israéliennes sur gaza

PNN/ Bethleem

La Maison Blanche a annoncé dimanche son soutien aux missiles d’Israël sur Gaza que le droit de se défendre après roquettes ont été tirées de la bande en Israël par des groupes salafistes (IS de supporters).

«De toute évidence les Etats-Unis se tient avec le peuple d’Israël comme ils défendent leur peuple et leur nation contre ce genre d’attaques,” porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest, accompagnait le président Barack Obama lors d’un sommet du G7 en Allemagne, a rapporté Haaretz.

Un groupe salafiste se faisant appeler les Brigades Omar, a adopté le dispositif samedi soir. Le groupe a dit qu’il ne serait pas respecter une trêve informelle convenue entre le Hamas et Israël, après 50 jours de la guerre de Gaza l’été dernier, ajoutant que que les roquettes étaient un rappel au Hamas qu’Israël, pas les salafistes, étaient “l’ennemi.”
Les roquettes tirées de Gaza étaient une réponse à la répression du Hamas sur eux, faire pression pour se lier à leurs demandes à travers Israël.

En réponse, Israël Air Force a frappé des sites pour Al-Qassam, l’aile de résistance armée du Hamas, dans le nord de la bande de Gaza dans la nuit.

Ministre de la Défense Moshe Ya’alon a également ordonné la fermeture de deux postes frontaliers d’Erez et de Karm Abu Salem entre Israël et la bande.

Les Forces de défense israéliennes déployées batteries de défense antimissile Iron Dome à plusieurs endroits dans le sud au cours de la semaine dernière suite à plusieurs incidents de tirs de roquettes depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien.

Les salafistes à Gaza mardi dernier émis Hamas un délai de 48 heures pour arrêter la répression contre eux, a rapporté Associated Press. Le même jour, les forces de sécurité du Hamas ont tué un militant d’un groupe militant rival dans une fusillade à son domicile de Gaza, selon des témoins.

Les tensions actuelles entre les deux groupes ont commencé le 3 mai, lorsque le Hamas a détruit une mosquée appartenant à un groupe connu comme les “partisans de l’Etat islamique de Jérusalem.”