PM démissionne: sources sources ne statuent pas le rétablissement du Hamdalla

PNN/ Bethléem

Une source au sein du comité central du Fatah a déclaré que le président Mahmoud Abbas peut offrir Hamas une part dans le prochain gouvernement qui sera formé en tant que gouvernement national palestinien et de factions.

Sources des médias palestiniens ont dit que si le Hamas refuse cette proposition, Abbas peut réinstaller Hamdalla en tant que Premier ministre dans ce cas, le gouvernement sera formé à partir de factions ou comme un gouvernement technocratique.

La source a précisé que le Fatah actuel premier ministre Dr Rami Hamdalla présentera sa démission au président Abbas, qui se réunira avec lui demain pour discuter de la formation d’un nouveau gouvernement. La source n’a pas exclu la possibilité de la réintégration de Hamdalla en tant que Premier ministre pour un second mandat dans le prochain gouvernement, confirmant que le gouvernement actuel continuera dans ses opérations comme d’habitude jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit formé.

Sources souligné que le Dr Rami Hamdalla avait demandé que Abbas sac ministre de la Culture, Ziyad Abou Amr, ministre des Finances, Shukri Bashara, et le ministre de l’Éducation, Khola un Shakhshir, mais Abbas préférable de former un nouveau gouvernement sans sac les trois ministres.

Le président Abbas va annoncer la dissolution du gouvernement au conseil révolutionnaire du Fatah dans les prochaines heures.

Des sources locales ont dit à PNN ce matin que le président président Abbas a voulu dissoudre l’actuel cabinet dirigé par Hamdalla, et en former un nouveau.

Une communication entre Hamdalla et Abbas a eu lieu la nuit dernière au cours de laquelle les deux hommes ont convenu que Hamdalla présenterait sa démission mercredi et quitter son poste, selon une source gouvernementale au Comité central.

Porte-parole du gouvernement de consensus national, Ehab Bisesou, a confirmé la démission du Dr Rami Hamdalla. Il a souligné que la rencontre entre Abbas et Hamdalla demain sera de discuter des perspectives de travail du gouvernement et les possibilités de démission ou de réintégration.

Bisesou a ajouté que: «Le Premier ministre avait demandé pendant des mois une modification et un élargissement des activités du gouvernement pour leur permettre de remplir leurs obligations, en particulier après l’agression israélienne contre la bande de Gaza».