Ali Sa'ad Dawabsheh, brûlé vif par des colons israéliens vendredi matin. (Douma, Naplouse)

Un bébé de 18 mois brûlé vif par les colons, sa famille est grièvement blessée

PNN/Bethléem/

Vendredi matin, des colons extrémistes israéliens ont incendié deux maisons dans le village de Douma, près de Naplouse, provoquant la mort d’un bébé de 18 mois, Ali Dawabsheh, et blessant grièvement sa famille.

Selon les médecins de l’hôpital de Rafidia à Naplouse, la mère de l’enfant, le père et le frère âgé de 4 ans ont été brûlés au troisième degré sur 75% de leurs corps.

Le fonctionnaire aux dossiers des colonies dans le nord de la Cisjordanie, Ghassan Daghlas a assuré qu’environ 4 colons originaires des colonies de Yahi et de Wesh Kodash ont attaqué la maison des victimes, Sa’ad et Ma’moun Dawabsheh, située à quelques mètres des colonies illégales.

Les forces de défense civile des villages de Burin et Balata se sont précipitées sur les lieux pour éteindre le feu. Cependant, le bébé n’a pas survécu au feu.

Cet acte a été mené à l’aide de bouteilles combustibles et de substances inflammatoires. De plus, les colons ont écrit des slogans racistes en hébreu sur les murs tels que “longue vie au Messie” et “la revanche de Yahi” juste avant de fuir les lieux.

Selon Al-Jazeera, l’armée d’occupation israélienne a affirmé qu’elle essayait de localiser les suspects de cette attaque.

Al Jazeera ajoute aussi que le Lieutenant Colonel Peter Lerner a déclaré que “cette attaque contre des civils n’est rien de moins qu’un acte barbare de terrorisme. Une enquête complète est en cours pour trouver ces terroristes et les poursuivre en justice”.

Nabil Abu Rdeineh, le porte-parole du Président palestinien Mahmoud Abbas, a déclaré que le gouvernement israélien était entièrement responsable de ce crime dans la mesure où il continue à soutenir la colonisation et à assurer la protection des colons.

Il a également reproché à la communauté internationale son silence vis-à-vis des crimes commis contre les Palestiniens.