Cela fait 15 ans qu’Israël ferme des institutions nationales palestiniennes dans Jérusalem-Est Occupée

PNN/ Jérusalem/

La continuelle fermeture par Israël d’institutions palestiniennes à Jérusalem, et en particulier la Maison de l’Orient, reflète la volonté d’Israël de nier les droits qu’ont les Palestinien sur la ville et enterre la solution à deux états.

Pendant 15 ans, les Palestiniens habitant dans notre capitale occupée ont été privés de leurs propres institutions alors que le gouvernement israélien, en coordination avec la municipalité israélienne de Jérusalem, ont continué à démolir des maisons, expulsant des familles palestiniennes, étendant les colonies illégales israéliennes dans Jérusalem-Est, et rendant la vie misérable pour notre peuple afin de les forcer à partir.

Ouvrir à nouveau les institutions palestiniennes dans Jérusalem-Est est une obligation israélienne selon la « Feuille de route ». Israël s’était engagé à l’écrit, à partir de 1993, à préserver le rôle des institutions palestiniennes dans la ville.

La communauté internationale doit agir avec détermination et doit avoir une forte volonté politique si elle aspire à sauvegarder la possibilité d’une solution à deux Etats.

Il n’y aura pas d’Etat palestinien sans mettre fin à l’Occupation israélienne commencé en 1967. Cela nécessite aussi l’instauration de la capitale souveraine de l’Etat palestinien à Jérusalem-Est.

La Maison de l’Orient, fermée le 10 Août 2001, a accueilli l’équipe chargée des négociations palestiniennes à la Conférence de Madrid, et représentant de facto l’OLP à Jérusalem.

Cette institution a été créée par Faisal Abdel Qader Al-Husseini et consistait en plusieurs départements fournissant aux Palestiniens de Jérusalem une représentation politique, ainsi que des services et la protection de leurs droits légaux, sociaux et économiques.

Cela a aussi permis de récolter des fonds pour diverses activités de la ville et a aussi servi de cadre pour les institutions économiques, culturelles, éducatives, sanitaires et sociales.

Le rayonnement diplomatique de la Maison de l’Orient était important, les visites de dignitaires étrangers y avaient lieu. La Maison de l’Orient avait aussi un rayonnement ordinaire via les missions diplomatiques et les organisations non-gouvernementales internationales et locales.

Cela incluait aussi une collaboration étroite avec les organisations israéliennes défendant les droits de l’Homme.

Le 13 Septembre 1993, alors que la Déclaration de principe était signée à Washington entre l’OLP et le Gouvernement d’Israël, le drapeau palestinien avait été hissé au-dessus du bâtiment.

Il y resta jusqu’à ce que les commandos israéliens l’enlèvent lors de la prise du bâtiment. Le message était clair : Israël avait déclaré la fin du processus de paix.

Les commandos israéliens ont aussi confisqué des documents et archives historiques qui n’ont jamais été rendus par la suite. Cela incluait des actes de propriété palestiniens (dont ceux de Jérusalem-Ouest), archives et informations venant de neuf organisations fermées le même jour, soit :

La Chambre Arabe du Commerce et de l’Industrie

La Société du Prisonnier Palestinien

L’Institut de Jérusalem pour la Planification

Le Département des Prisonniers et Détenus

Le Département des Services Sociaux

La Société des Etudes Arabes

L’Office des Institutions Nationales

Le Département de Cartographie et des Systèmes d’Information

D’autres institutions ont été fermées par la suite.

Israël s’était pourtant engagé à l’écrit à ne pas modifier le statut des institutions jérusalémites. Le 11 Octobre 1993, le ministre israélien des Affaires Etrangères Shimon Peres écrit à son homologue norvégien Mr. Johan Jorgen Holst qui accueillait les négociations pour la paix entre les négociateurs israéliens et palestiniens.

La  lettre disait : Je souhaite confirmer que les institutions palestiniennes de Jérusalem-Est ainsi que les intérêts et le bien-être des Palestiniens de Jérusalem-Est sont d’importance majeure et seront préservés.

Par conséquent, toutes les institutions palestiniennes de Jérusalem-Est, incluant les lieux économiques, sociaux, éducatifs, culturels ainsi que les lieux saints des Musulmans et Chrétiens, jouent un rôle important pour la population palestinienne.

A l’évidence, nous n’entraverons pas leur activité : au contraire, l’accomplissement de cette importante mission doit être encouragé. Selon la résolution 1515 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, Israël a l’obligation de ré-ouvrir les institutions palestiniennes à Jérusalem, en commençant par la Maison de l’Orient et la Chambre de Commerce.

Elles sont aujourd’hui encore fermées. Aucune remise en question majeure par la communauté internationale n’a été faite, n’entraînant aucun questionnement sur la responsabilité de l’Etat Occupant – Israël.