LA FRANCE ET LE PAM SOUTIENNENT LES FAMILLES PALESTINIENNES AFFECTÉES PAR LES HOSTILITÉS À GAZA

Jérusalem – Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies a accueilli une contribution de 500 000 € de la France pour répondre aux besoins alimentaires urgents des populations vulnérables non réfugiées dans la bande de Gaza. Les fonds permettront de fournir des bons alimentaires électroniques à plus de 32 000 personnes pendant un mois pour l’achat d’aliments nutritifs de leur choix dans 200 commerces de détail à travers la bande de Gaza.

Cette contribution intervient à un moment critique où les familles de la bande de Gaza font face à une détérioration croissante de l’insécurité alimentaire, du chômage et de la pauvreté, en raison de la récente escalade du conflit.

Les transferts monétaires du PAM, sous forme de bons électroniques, se sont à nouveau avérés être un outil rapide et efficace pour fournir une aide alimentaire vitale aux personnes qui ont été déplacées et ont perdu leurs biens ainsi que leurs moyens de subsistance. Cette plate-forme numérique de transferts monétaires du PAM est également utilisée par différents acteurs humanitaires et de développement pour fournir de la nourriture et autres besoins essentiels aux personnes touchées en Palestine, tout en injectant des liquidités indispensables dans l’économie locale.

« Pour des dizaines de milliers de familles vulnérables à Gaza, la nourriture reçue par transferts monétaires est fondamentale pour couvrir une partie de leurs repas quotidiens », a déclaré Samer AbdelJaber, représentant et directeur du PAM en Palestine. “Nous sommes reconnaissants envers la France et ses habitants pour le soutien de longue date à ces familles, particulièrement en ce moment, où elles rencontrent d’énormes difficultés économiques qui ont un impact sur leur pouvoir d’achat, et pourraient compromettre leur accès à la nourriture. »

La récente recrudescence du conflit a causé des souffrances et des destructions considérables. Les habitants de la bande de Gaza vivaient déjà au bord d’un gouffre et de nombreuses familles ont du mal à mettre de la nourriture sur la table. Avant le récent conflit, sept personnes sur dix souffraient d’insécurité alimentaire parce qu’elles n’avaient pas les moyens d’avoir une alimentation adéquate alors qu’elles faisaient face à une pauvreté et un chômage élevés.

« La France s’est engagée à améliorer la sécurité alimentaire des Palestiniens les plus vulnérables, notamment à Gaza, conformément à notre stratégie internationale 2019-2024 pour la sécurité alimentaire, la nutrition et l’agriculture durable », a déclaré René Troccaz, consul général de France à Jérusalem. « Nous sommes ravis de soutenir le PAM et son programme de bons électroniques qui a un réel impact sur l’économie locale et préserve la dignité des populations soutenues. »

À Gaza et en Cisjordanie, le PAM fournit une assistance alimentaire régulière à plus de 350 000 des Palestiniens non réfugiés les plus pauvres et les plus exposés à l’insécurité alimentaire par le biais de bons alimentaires, d’espèces et de paniers alimentaires. A Gaza, plus de 260 000 personnes dépendent de cette assistance. Répondant aux besoins croissants dus à la récente escalade de la violence, le PAM a étendu son aide en bons alimentaires à quelque 100 000 personnes affectées. 13 700 déplacées internes à Gaza ont reçu des aliments prêts à la consommation, notamment du pain frais et des conserves. Le PAM met en œuvre des activités agricoles pour un impact à plus long terme sur la diversité alimentaire et les moyens de subsistance des familles vulnérables.